Enfin un Manuel de bonne conduite?

Publié le par Julien Richard

Enfin un Manuel de bonne conduite?

Il y a parfois des moments de grâce dans une campagne électorale, des événements surprenants auxquels nul ne s'attendait. Ou des confessions saisissantes. C'est le cas ce week-end sur le site internet de notre adversaire de l'UMP (tendance très "décomplexée") l'ancien édile Manuel Aeschlimann, qu'on ne présente plus. On peut y lire un texte désarmant - de sincérité autant que de maladresse - qui n'est certes pas signé de la plume du candidat mais de l'un de ses lieutenants. Ce qui revient au même puisque le candidat a forcément validé cette prose surprenante. Jugez plutôt.

Ce précieux texte possède un titre que l'on pourrait de prime abord juger un tantinet prétentieux : "De l'ombre à la lumière". L'obscurité serait-elle le mandat de Pietrasanta qui a plongé la ville dans les ténèbres du bolchevisme, la lumière l'arrivée du sauveur Aeschlimann? Non ce n'est pas ça du tout, en lisant la suite on s'aperçoit que cette image s'applique à l'UMP elle-même: de l'ombre de l'opposition à la lumière de la victoire éventuelle.

L'UMP en quête de "crédibilité"

L'auteur poursuit : "afin que ce brusque passage de l'ombre à la lumière ne nous aveugle pas , nous devons nous préparer à y être exposés" On sent une certaine angoisse affleurer. Il poursuit: "Le challenge exige que notre équipe soit perçue par l'électeur comme un recours crédible" En effet, la crédibilité n'étant pas le point fort de Manuel Aeschlimann qui a laissé un souvenir désastreux aux Asniérois, le "challenge" s'annonce donc ambitieux. Puis le texte remue douloureusement le couteau dans la plaie: "l'électeur veut de la compétence, de l'honnêteté (...)" A ce stade le lecteur s'interroge car voilà un constat qui semble nettement favoriser le maire sortant Pietrasanta, réputé pour sa droiture et son sérieux. Surtout que (nous lisons toujours) l'électeur ne veut plus "de teigneux, de hargneux, de violent, de calomniateur, de revanchard, de menteur, de corruptible (...) " On lit ces lignes avec effarement. Quelle mouche a donc piqué ce militant , qui semble dresser le portrait fidèle mais peu flatteur de son patron? Il poursuit: "ne disons rien que la vérité, c'est ainsi que nous forgerons notre image de respectabilité qui séduira les Asniérois", "imposons nous cette contrainte de bonne conduite!" Un mea culpa touchant, de bonnes résolutions louables mais n'est-ce pas un peu tardif? En effet, lors des précédents scrutins, les Asniérois ont rejeté le mensonge, la calomnie et l'incompétence en sanctionnant sévèrement l'UMP locale. Mais qu'importe, puisque le moment est historique: réjouissons-nous de cette autocritique inattendue de l'ultradroite asniéroise. Il est heureux qu'elle s'engage enfin sur le chemin de la rédemption. On espère donc que Manuel Aeschlimann cessera ses attaques de caniveau contre tous ses adversaires et arrêtera de propager des rumeurs nauséabondes sur les uns ou les autres. Asnières mérite une campagne municipale propre, formons le voeu que Manuel Aeschlimann adoptera en effet une ligne de conduite exemplaire et devienne, comme le suggère la conclusion de cet article édifiant, un "nouveau Sage"! Rien moins.

Commenter cet article