Racisme ordinaire...

Publié le par Julien Richard

Né d'un père poitevin (d'une vieille famille Deux-Sévriennes depuis moult générations) et d'une mère parisienne "bien française", je me croyais naïvement à l'abris de remarques racistes de la part du microcosme politique asniérois. Notoirement athée, je me pensais aussi à l'abris de toute attaque islamophobe. Eh bien je me trompais! Car il y a quelques mois l'UMP locale, toujours bien inspirée, a découvert que mon deuxième prénom n'était autre qu'"Ali"! Depuis cette date, plusieurs militants du staff Aeschlimann s'en sont donnés à coeur joie sur les réseaux sociaux, ne m'appelant plus que par ce second prénom à la consonance "scandaleusement" (pour eux!) maghrébine. On me donne du "Monsieur Ali" à chaque tweet. Le plus triste c'est que ces militants sont persuadés de tenir là l'arme décisive contre moi: pour contredire mes arguments, contester mon projet pour Asnières, ridiculiser ma personne, rien n'est plus pertinent selon eux, que de me donner du "Monsieur Ali" à chaque coin de tweet. Il y a quelques jours Madame Aeschlimann a même franchi un cap en me donnant du "Ali Baba" (les 40 voleurs sont sous-entendus et livrés pour le même prix). Certes, nous n'en sommes pas encore arrivés au niveau des attaques contre la ministre de la Justice, accueillie par les bananes brandies par les militants de la droite radicale. Toutefois cette dérive raciste est effrayante. Les uns après les autres, les tabous sautent, on se permet de dire publiquement toute la haine qu'on refoulait jadis de peur d'être montré du doigt. Relativisons: ce "Monsieur Ali" je le prends volontiers à la rigolade, tant il est absurde et comique. Mais cela en dit long, quand même, sur la perte des repères de cette droite vengeresse qui n'a que le mot "reconquête" à la bouche mais semble avoir perdu de vue les valeurs de la République. Au fait, il y a quelques jours, M.Aeschlimann se rendait à la mosquée d'Asnières pour présenter sa candidature auprès de la communauté musulmane... les "Monsieur Ali" seraient tantôt à moquer, tantôt à courtiser?

Capture d'écran Twitter.

Capture d'écran Twitter.

Commenter cet article

Gomez Feliciano 04/11/2013 09:05

Une partie de ma famille, du côté de ma maire est d'origine libanaise. J'ai donc du sang arabe qui coule dans mes veines. Nombre de mes cousins éloignés, bien que maronites, chrétiens donc, portent ce joli prénom qui, avant d'être musulman était d'abord arabe, et qui signifie "celui qui est élevé, ". Ce qui ne manque de s'approcher de la signification du même prénom dans les pays scandinaves (le noble)
Les ignorants devraient se taire. Mais ils ne le savent pas. Et pour cause...

Gomez Feliciano 04/11/2013 09:05

Lisez "du côté de ma mère".... Les corrections automatiques sur smartphone...

Gomez Feliciano 04/11/2013 09:04

Une partie de ma famille, du côté de ma maire est d'origine libanaise. J'ai donc du sang arabe qui coule dans mes veines. Nombre de mes cousins éloignés, bien que maronites, chrétiens donc, portent ce joli prénom qui, avant d'être musulman était d'abord arabe, et qui signifie "celui qui est élevé, ". Ce qui ne manque de s'approcher de la signification du même prénom dans les pays scandinaves (le noble)
Les ignorants devraient se taire. Mais ils ne le savent pas. Et pour cause...