A l'UMP, le chaos... et la radicalisation.

Publié le par J Richard

Effarement des Français: l'UMP, ce parti qui tire à boulets rouges sur la gauche en la taxant quasi-quotidiennement, d'"amateurisme", se révèle incapable d'organiser une élection interne. La guerre entre Fillon et Copé, avec invectives et accusations de fraudes, tourne à la farce. Certes, à Asnières nous avons l'habitude: la section locale de l'UMP est perpetuellement en crise, déchirée entre les clans pro-Aeschlimann, pro-Le Gac, pro-Dechénoix et j'en passe. Mais on pouvait attendre d'un grand parti autre chose que ce psychodrame, à mille lieux des préoccupations des Français.

Quel contraste avec le PS , dont les Primaires Citoyennes (qui ont mobilisé des millions de Français) ont été un succès reconnu! L'UMP, elle, échoue à faire voter sereinement quelques dizaines de milliers de militants.

Le chaos...et "la droite forte"

Mais il y a encore pire. Au delà du chaos et de la guerre des chefs, il y a la radicalisation des militants. Hier, ils votaient aussi pour choisir des "motions". C'est la plus radicale qui est arrivée en tête: la "Droite Forte" cette motion présentée par deux zigotos venus de l'extrême-droite, reconvertis dans l'ultra-sarkozysme et ralliés à Copé. Une motion qui a accumulé les provocations ces dernières semaines pour faire parler d'elle, proposant par exemple d'imposer aux médias l'embauche de "journalistes de droite". Proposant aussi d' "interdire le droit de grève aux enseignants". Et d'autres mesures encore, qui feraient passer le FN pour un parti centriste.

C'est cette motion qui est arrivée en tête, loin devant les motions gaullistes, loin devant les libéraux... Un véritable tournant! Cela confirme la radicalisation et le degré de perdition des adhérents de ce Parti, que le gigantesque cafouillage de la guerre des chefs risque de désorienter encore davantage.

Un vrai sujet d'inquiétude pour notre démocratie.

Commenter cet article