Affaire du "tract" : le communiqué de l'UDE.

Publié le par Julien Richard

Affaire du "tract" : le communiqué de l'UDE.

Un tract politique financé sur fonds publics à Asnières ? Voici la réaction de la section UDE / FD Boucle Nord de Seine.

EDIT : suite à notre communiqué, le PARISIEN a consacré un article à l'affaire (voir ci-dessous) En complément à l'article, je relève que le maire M.Aeschlimann ne donne pas les vrais chiffres, comme à son habitude. "2100 euros" pour imprimer et distribuer 55000 exemplaires est un montant ridicule qui ne correspond évidemment pas au vrai coût. Il refuse d'ailleurs de présenter les factures, supportées par le contribuable asniérois. Ses affirmations sur les finances locales ou encore sur le budget de son service Communication sont fausses également...

ARTICLE DU PARISIEN 31/01/2016

«Le gouvernement asphyxie les communes». Le titre en lettres blanches sur fond noir interpelle forcément. Et il n’est pas du goût de tous les Asnièrois qui ont reçu dans leurs boites aux lettres ce document de quatre pages, édité par la municipalité (LR) et qui dénonce la baisse des dotations de l’Etat.

L’Union des démocrates et des écologistes (UDE) locale dénonce en effet «un tract politique» qui «tire à boulets rouges sur le gouvernement», en utilisant «les ressources communales». Un document tiré à 55 000 exemplaires et réalisé par le service communication de la ville, comme le stipule le bas de la quatrième page. «Une dérive grave» pour Julien Richard, représentant UDE pour la boucle nord du 92 qui demande au maire (LR) Manuel Aeschlimann de rembourser la facture.

Le maire assume complètement

«Ce qui est grave c’est que l’opposition soutienne un gouvernement qui met en péril les finances des collectivités locales», répond d’emblée le maire d’Asnières qui assume totalement cette publication. Selon lui, le manque à gagner pour la commune est de 50 M€ sur six ans. Accusé de mettre en avant «une série de données tronquées et donc trompeuses», le maire assure qu’il s’agit «ni plus ni moins des données officielles de l’audit réalisé par un cabinet indépendant» et que le tract est «d’intérêt communal».

Pas question donc de rembourser l’impression du document, environ 2 100 €. Et puisque pour Manuel Aeschlimann, la meilleure défense c’est l’attaque, il rappelle que le coût résiduel pour la ville des élections municipales partielles de juin dernier, «provoquées par l’ancien maire socialistebattuen mars 2014», est de 150 000 € et qu’il attend toujours le paiement de cette somme par le PS, dont l’UDE est un allié.

«Par ailleurs, nous avons divisé par trois le budget du service communication depuis que nous avons repris la ville», enchaîne le maire. L’UDE déplore également l’utilisation — sans leur autorisation — de citations d’élus et notamment de maires PS, qui condamnent eux aussi la baisse des dotations. «Ce sont des déclarations publiques, balaye Manuel Aeschlimann. Cela démontre bien que le désengagement de l’Etat touche toutes les villes, au-delà des clivages droite-gauche». Pas de quoi convaincre le représentant de l’UDE et ancien élu socialiste qui compte demander un droit de réponse.

Commenter cet article